DALLAGES INDUSTRIELS ET DECORATIFS 

Le dallage industriel

QUELQUES BASES SUR LES DALLAGES INDUSTRIELS 

La plateforme de support

Conformément à notre plan d’action qualité, nous devons organiser une visite des lieux avant coulage. Cette visite doit avoir lieu minimum deux jours avant l’opération de coulage.

Lors de cette opération, nous vous informons de la réception ou de la pré-réception des durcisseurs de surface.

Lors de cette visite, nous nous renseignerons sur la présence de fosses, de canalisations, de compteurs présents sur le terrain du projet afin que nous puissions les signaliser le jour du coulage.

Un état des lieux est réalisé avec votre collaboration ou celle de votre représentant. Ce dernier est notifié par écrit et a pour but de constater les éléments en place et leur état avant notre intervention.

De plus, nous réalisons une réception du support qui nous permet de vérifier la cohérence et le niveau altimétrique de votre support.

Lors de cette réception, nous validerons définitivement les plans de sciage de joints dans le cas d'un dallage.

La préparation du chantier 

Dans certains cas, nous effectuerons la préparation du chantier la veille. En effet, une bonne préparation de chantier est un gage de qualité.

Dans la majorité des cas, cette préparation consiste à:

- la protection périphérique des ouvrages par mise en place d'une feuille de polyane sur une hauteur d'environ 1.00ml

- la mise en place des mousses de dilatation sur les éléments de structures pour favoriser une bonne dilatation.

- la mise en place de la couche de glissement.

- la mise en place des ferraillages ( treillis soudés et barre HA) suivant le résultat du bureau d'études.

- la vérification altimétrique des ouvrages existants tels que caniveaux, seuils, siphons, etc.

Les pompes à béton

Dans une majorité de chantiers, l’utilisation d’une pompe est obligatoire. Elle a pour but de transporter le béton du camion-toupie et de le restituer jusqu'à la zone de coulage au moyen de tuyaux souples. Ce matériel est souvent un poids lourd de 19 à 38 tonnes, sa mise en place requiert des précautions particulières. En effet, une fois en place, la pompe ne peut plus bouger. De par son poids, elle peut présenter un risque pour les ouvrages enterrés, donc conformément à notre PAQ, lors de la visite des lieux, il vous sera demandé de nous indiquer les ouvrages enterrés. De plus, un contrôle des lignes électriques aériennes sera effectué. Certaines pompes sont équipées de bras déployable d’une longueur de 15 à 42 ml.

Afin de limiter les risques liés à ce matériel, nous interdisons l’accès au chantier durant la période de coulage. Concernant les chantiers situés en ville, un périmètre de sécurité sera matérialisé à l'aide de grillage avertisseur.

Le chauffeur de la pompe est présent sur la zone de coulage. Ce dernier est en contact permanent avec sa machine à l’aide d’une télécommande. En cas de coulage à longue distance, nous équipons notre personnel de talkies-walkies.

La mise en place de la pompe s’effectue de bonne heure, aux environs de sept heures du matin. Concernant les chantiers en centre-ville, et conformément aux autorisations de voirie, les places destinées aux matériels de pompage sont réservées au moyen de panneaux de signalisation.

La tuyauterie de pompe doit être lavée sur site, dito pour le matériel de pompage doit effectuer un rinçage sur site, ce qui engendrera un dépôt de matériaux sur le chantier. Nous limiterons au maximum ce dépôt, mais nous ne pouvons pas l’éviter. Dans le cas des chantiers en centre-ville, ce dépôt sera évacué conformément aux autorisations de voiries. Pour les chantiers se trouvant hors zone urbaine, nous déterminerons une zone de lavage.

Le sujet des bétons reste très vaste. Nous utiliserons un béton normé (NF EN 206-1) et ce, avec des partenaires choisis pour leurs qualités de prestation de fabrication. Ces partenaires sont majoritairement des entreprises nationales, ce qui nous permet d'avoir une homogénéisation des bétons.

Le béton en lui-même peut être de deux formulations bien distinctes. Nous utiliserons aussi bien un béton de type BPS (béton à propriétés spécifiées) avec une classe de résistance minimum de C25/30  (voire plus suivant la résistance nominale demandée) qu'un béton de type BCP (béton à caractéristiques prescrites).

Il n’existe pas un béton mais plusieurs types des bétons. Sa composition est élaborée conjointement avec nos services et le laboratoire du partenaire choisi.

Aucun rajout d'eau ne sera effectué sur site. Afin d’optimiser la qualité de ce matériau, et conformément à notre PAQ, nous nous refusons d'introduire dans ce dernier un adjuvant pouvant modifier ou altérer des formulations précises.

Sur simple demande, nous pouvons vous faire parvenir la formulation prescrite sur votre chantier ainsi que le prestataire choisi.

Concernant la granulométrie, nous utiliserons une granulométrie continue avec des éléments d’une grosseur de 0/15 (voire de 0/20 pour des ouvrages ayant une épaisseur plus importante).

Il est possible d’effectuer une série d’éprouvettes afin de confirmer la résistance minimum de ces bétons. Ces essais se font automatiquement avec un ratio minimum d'une série par tranche de 100 m3.

La qualité de béton utilisé

La technique de mise en oeuvre des bétons

Les coulages de dallage industriel  se réalisent avec des bétons assez fluides. En effet, nous utilisons des bétons S3/S4 ce qui signifie un affaissement au cône d'Abrams compris entre 150 et 190 mm. Ces bétons sont rendus fluides à l’aide d’adjuvants mis en centrale de production. De ce fait, nous réduisons la quantité d’eau présente. La présence d’une grande quantité d’eau peut accroître le phénomène de fissuration.

Lors de l’arrivée du camion-toupie, nous effectuons (conformément à notre PAQ) un contrôle du bon de fabrication afin de nous assurer que le matériau correspond bien à celui demandé. Un premier vidage de 50 litres nous permet de vérifier sa plasticité. Si cette dernière n’est pas atteinte, le camion repart immédiatement en centrale. Nous ne rajoutons en aucun cas de l’eau pour accentuer cette plasticité. Cette action modifierait les qualités du béton et ferait baisser sa résistance.

En parallèle, un laser topographique est mis en place afin d’avoir notre guidage altimétrique. Ces matériels, conformément à notre PAQ, sont contrôlés tous les 3 mois par un organisme de contrôle. Ils ont chacun une portée de 500 ml (spectra 500). Nous utilisons ces lasers sur une distance raisonnable afin de conserver une bonne qualité altimétrique.

Dans certains ouvrages, nous pouvons effectuer une vibration, soit par aiguille vibrante, soit par règle vibrante.

Le matériel de vibration est déterminé en fonction de la fréquence de vibration à obtenir ainsi que de l'épaisseur de l'ouvrage à vibrer.

Le réglage du béton se fait à l'aide d'une lissarde à béton. Cette dernière a un mouvement pendulaire qui nous permet d'avoir un état de surface tout à fait correct.

Dans le cas de planimétrie très précise, nous pouvons utiliser des règles d'une longueur pouvant atteindre 6 ml.

Le talochage des bétons

Les opérations de talochage débutent dès que le béton, qui a été mis en place lors du coulage, peut supporter le poids d’un homme sans laisser de traces importantes. Ces opérations se réalisent au moyen de talocheuses mécaniques. Il existe plusieurs modèles de machines. La plus petite, d’un diamètre de 63 centimètres (permet d’exécuter les bordures grâce à sa roue de protection), la machine moyenne, d’un diamètre de 90 centimètres, et en dernier les machines pour les grandes surfaces, d’un diamètre de 120 centimètres, voire éventuellement des doubles talocheuses d'une largeur allant de 1.80 mètre jusqu'à 2.40 mètres.

Chacune de ces machines a une fonction bien particulière. Nous utilisons les machines de petit diamètre pour réaliser la périphérie de l'ouvrage et aussi les pièces exigües. Les machines de taille moyenne sont polyvalentes. Les machines d’un diamètre important servent à talocher pour les parties centrales de l'ouvrage.

Toutes ces machines sont équipées d’un moteur thermique. Et conformément à notre PAQ, elles sont équipées d’un système ''homme mort'' qui coupe toute alimentation en cas de perte de contrôle.

De plus, nous doublons cette sécurité grâce à un système de poignée de contrôle qui coupe, elle aussi, toute alimentation en cas de perte de contrôle.

Nos machines sont nettoyées après chaque utilisation au moyen d’un surpresseur d’eau dont chaque camion est équipé.

Les opérations de talochage ont pour but d’aplanir la surface du sol à l’aide de taloches ou de plateaux afin d’obtenir une planimétrie tout à fait correcte. Le talochage nous permet aussi de préparer le sol pour l’incorporation des durcisseurs en faisant remonter les eaux de ressuage.

Les qualités des durcisseurs 

Nos durcisseurs sont fabriqués en étroite collaboration avec les plus gros fabricants de durcisseurs européens et français.

De ce fait, nous pouvons vous proposer une gamme d'environ quinze couleurs.

Le durcisseur est composé de quartz minéral naturel, de corindon, de métal avec une granulométrie continue de 0/3. Est adjoint à ces durcisseurs une phase de ciment qui doit, conformément à notre PAQ, être de la même classe que le ciment qui a été utilisé dans la conception du béton, et ce pour éviter tout phénomène d’incompatibilité.

Ces durcisseurs ont une durée de vie très courte au vue de leurs compositions. Nous ne stockons qu'un minimum de durcisseurs. Ceux-ci ont pour but d'augmenter la résistance de la surface du sol. Ils sont mis en place sur un sol taloché, et ce par saupoudrage manuel ou mécanique,  avec un dosage variant de 4 kg/m² à 6 kg/m². Un dosage inférieur peut entraîner un phénomène de nuances assez important. Tous nos durcisseurs sont vérifiés avant leur mise en place.

À titre d'information, l'épaisseur moyenne d'une couche d'usure varie entre 3 et 5 mm.

Ces durcisseurs sont  incorporés en force dans le béton grâce au mouvement des truelles mécaniques qui exercent une pression verticale intense en fin d’incorporation. Le niveau altimétrique de l'ouvrage ne varie pas.

Le lissage et le glaçage des durcisseurs 

Une fois les durcisseurs incorporés, nous commençons les opérations de lissage. Pour cette opération, nous retirons les taloches placées sous nos truelles mécaniques afin de faire apparaître les lisseuses.

Ces lisseuses sont des éléments en métal très fins.Toutefois pour certaines couleurs, nous pouvons utiliser des lisseuses contenant du carbone ou même des lisseuses plastiques. Le mouvement de rotation des machines à lisser est très rapide. Pour obtenir un sol lisse, nous allons accélérer cette rotation; de ce fait, le choix des lisseuses est primordial afin de ne pas laisser de traces sur l'ouvrage.

Conformément à notre PAQ, nous nous refusons à l’utilisation des taloches dites lisseuses. Cet élément multifonctions permet de talocher et lisser en même temps. Mais, ce matériel laisse des traces permanentes sur les sols. De plus, nous avons obligation de changer nos jeux de lisseuses pour chaque chantier afin de ne pas polluer le chantier par une autre couleur. Nos machines sont nettoyées après chaque utilisation dans le même but. Ces taloches et lisseuses seront conservées et envoyées en centre de recyclage tout comme 45 % de nos consommables.

Le lissage se poursuit jusqu’à l’opération de glaçage. C’est l’étape la plus importante dans la réalisation d’un dallage industriel. Les lisseuses sont inclinées de manière à avoir le moins de contact possible avec le sol, nous accélérons la rotation.

La cure de l'ouvrage 

Conformément à notre PAQ, nous réalisons une cure sur les bétons fraîchement coulés. Cette opération a pour but de limiter l'évaporation trop rapide de l'eau contenue dans les bétons. Cette cure est effectuée de manière manuelle ou mécanique. A ce jour, il existe deux types de cures : soit la cure solvantée, soit la cure en phase aqueuse; tout dépend de la destination de l'ouvrage.

Le sciage des joints

Dans un délai de 12 à 36 heures, nous allons réaliser le sciage des joints de dilatation. Au début de votre projet, nous aurons élaboré ensemble un plan de sciage de joints bien précis qui a pour but de limiter au maximum les effets de fissuration dû au phénomène de retrait des bétons.

Ce plan a été étudié en respectant les normes du DTU et a été validé par un bureau de contrôle compétent, dans le cas où il existe une mission de contrôle.

Ce sciage a pour but de fragiliser le dallage dans des zones bien précises afin de guider au maximum la fissuration due au retrait dans ces zones fragilisées. Nous déterminons ainsi des modules dont la surface ne peut en aucun cas dépasser 36 m² (surfaces couvertes).

Le sciage des joints s’effectue au moyen d’une scie à sol thermique avec refroidissement de la lame à l’eau. Toutes nos scies sont équipées de limiteur de profondeur. cC dispositif nous permet de garantir une descente de la lame à une altimétrie bien précise ( 1/3 de l'épaisseur suivant DTU 13.3). 

Le refroidissement de la lame, grâce à l’eau, nous permet de limiter le dégagement de poussières. La boue dégagée ainsi sera immédiatement récupérée par nos soins par aspiration. Cette boue ne peut en aucun cas tacher le sol. Malgré toute notre attention, il reste toujours quelques traces.

Tous les angles sortants doivent être traités au moyen d’un sciage de joints ou d’un amortisseur. Les amortisseurs sont des règles de pré-fissuration qui sont mises en place lors du coulage afin de fragiliser les bétons dans les zones où le sciage ne serait pas réalisable (passage de porte, couloir dont la largeur est inférieure à 1.00 ml).

Le remplisage des joints 

Nous ré-ouvrons les joints sciés afin d’évacuer les restes de boues de sciage contenues dans leurs bases. Concernant les amortisseurs présents, nous retaillons ces derniers à l’aide d’un disque diamant de manière à ce que leur apparence soit identique aux joints sciés.

Une fois les joints nettoyés, nous mettons en place une silice neutre en fond de joints; puis nous mettons un fond de joint en mousse qui est compressif afin d’éviter toute fuite lors du remplissage de joints.

Nous mettons en place un mastic bi-composant de teinte grise sur le fond de joint. Ce mastic ne peut être teinté car la teinte se diffuserait dans la tranche du béton et créerait une tache. Le remplissage est effectué.

Le remplissage des joints est obligatoire afin de se conformer au DTU 13.3.

Les dallages industriels se caractérisent par une grande diversité de contraintes et d'actions qui ont une influence sur le choix de la solution appropriée.

Les dallages industriels constituent une partie importante des projets .